PELS INTESTINS DE LA CIUTAT (PAR LES BOYAUX DE LA VILLE)

Texte et Musique: Miquel Pujadó

Par les boyaux de la ville / coeurs et destins / se sont mélangés. / En croisant des destinées, / vont au combat / des petits bouts / d’Humanité. / Dans les rames / la fatigue / cherche des coins / pour s’asseoir. / Des intersections, / des tangentes, des sécantes… / Il y a tant de mondes / qui s’entrechoquent! / Dans le sous-sol, Barcelone (1) / chante d’autres chansons. / Dans la cage la plus grégaire / les brébis et les fauves s’amassent. / Il y a des gens vulgaires et bizarres. / L’un parle tout seul, l’autre pense. / Quelqu’un lit le Marca (2). / D’autres, Joyce ou Rodoreda (3). / Le bosseur matinal / ne peut s’empêcher de baîller / mais il y a mille étoiles qui scintillent / dans les yeux de quelque enfant. / Des bouffées de sueur. / Quelqu’un qui te marche sur les pieds. / “Vous me laissez descendre, s’il vous plaît? / Trop tard, quels salauds!” / Par les boyaux… / Quelqu’un fait disparaître le portefeuille / d’un touriste badaud. / De temps en temps un suicidé / devient de la viande hachée. / Un corps cherche un autre corps. / Un cul est pincé. / Un skinhead regarde haineux / quelqu’un de trop bronzé / Une vide psalmodie / mendie quelques pièces / On entend une guitare desaccordée / où un accordéon pouilleux. / Ici le ciel n’est pas bleu, / on n’en connait pas la couleur. / Quelqu’un rêve à l’Italie / mais c’est le bureau qui l’attend. / Par les boyaux… / Quand la voie est trop longue / et le tunnel n’a pas de fin / il n’est pas facile de reprendre haleine / pour faire face à la routine. / Tu vois la fille qui s’éloigne / en arpentant le quai d’en face. / Tu voudrais lui faire signe / mais il n’en reste même pas le souvenir. / Un ivrogne gît étendu. / Les gens passent sans s’arrêter. / L’indifférence marche / menant tout le monde de la main. / Mais il faut mettre ici un point o un point virgule / et nous résigner a laisser / inachevés / ces mots croisés géants. / Par les boyaux…

(1): Entre les vers traduits, on nomme toutes les stations du métro de Barcelone. (2) Marca: Journal sportif écrit en castillan.  (3) Mercè Rodoreda: Grande romancière catalane du XXème siècle.