EL PETÓ DE DOISNEAU (LE BAISER DE DOISNEAU)

Texte et Musique: Miquel Pujadó

C’était à Paris. / Sous un ciel gris, / deux coeurs s’unissaient et, autour d’eux, la foule / -qui était emportée / par l’indifférence du vent / vers un but important et oublié. / D’une main, / il l’attira vers lui. / Elle, yeux clos, accepta son baiser. / Et une brève éclaboussure / naquit au milieu / peut-être des lèvres, peut-être d’un lac, / alors que quelqu’un, d’un clic-clac, / congelait le Temps et le bruit de ses pas. / Je suis le baiser / qu’un certain Doisneau / a chassé au vol voici belle lurette. / Tout juste effleuré, / jamais fini, / vous me verrez toujours au berceau. / Lex deux amants / sont des gens d’autrefois: / leur amour s’est effacé peu à peu, / et un jour il / a agonisé / car tout passe, tout lasse, tout casse. / Mais leur hier / peut être tâté aujourd’hui / quand le verbe aimer entre dans la danse / pour mille raisons, / par mille coins, / dans le livre de qualité, / dans une vieille feuille de papier froissé / ou dans la grande salle d’expositions. / Je suis… / Battement de sang / en noir et blanc, / j’ai dans moi tous les couleurs de la vie. / Il n’y a pas une feuille de papier / qui puisse contenir / mon élan. / Si je te saute aux yeux, / toi qui m’accueilles, / tu te rendras compte que je te vais sur mesure, / que j’ai trouvé en toi / L’Éternité, / que dans ton désir, lorsque quelqu’un / s’offre tendrement à toi, / je renais comme un enfant émerveillé. / Je suis… / On m’a traité / de faussaire. / On a dit que le hasard n’a pas uni ces deux corps-là, / qu’elle et lui / on suivi un ancien / procès de vente de l’âme par morceaux. / Mais ça m’est égal: / moi, je suis réel, / bien plus que certains êtres de chair et d’os. / Tout est déjà dit: / je resterai humide / jusque dans un futur désolé, / lorsque vous aurez oublié / les mélodies qui naissent au creux des lits, / lorsque vos héritiers mutants / ne se prendront plus par les mains / et Paris sera englouti par la nuit. / Je suis le baiser…