L’HECATÓMBOLA (L’HÉCATOMBOLA)

Texte et Musique : Miquel Pujadó

Futurs garçons, futures filles,
approchez et regardez:
nous tirons au sort des joies et des chagrins,
des baisers et des coups de pied au cul…
Nous tirons au sort des couleurs et des races,
des langues et des religions,
des caresses et des menaces,
des lits de plumes et des cartons.
Votre existence incertaine,
ce sera le hasard qui la décidera:
l’Hécatombola est déjà ouverte
et tout le monde doit jouer.

– Toi, tu as gagné aller en Nigeria:
les mouches, la faim, le ventre gonflé,
quelques mois de misère
et bientôt mort et enterré.

– Tu pars pour Bangkok, petite,
tu seras putain à catorze ans,
avec un môme et sans l’aide
de personne,  ni connus ni inconnus.

– Tu vas te rendre en Roumanie
et tu deviendras chair d’ orphelinat.
Tu pleureras nuit et jour,
tout seul et ligoté au berceau.

– Toi, tu vivras au Brésil,
bonne chance meu menino,
ne rencontre pas de sitôt
un commando de la mort.

Futurs garçons…

Toi, tu naîtras avec le sida
comme celui qui naît avec un pain sous le bras.
La partie ne fait que commencer
et on t’a déjà pris tous les as.

– Toi, le gosse, c’est dommage
mais tu meneras une mauvaise vie de dealer
jusqu’à ce qu’un flic, par le dos,
ne te fasse pas sauter le cerveau.

– Toi, dans vingt ans, en comptant dès aujourd'hui,
tu entreras dans la chambre à gaz.
Si ta peau était plus claire que ça
on ne t’y mettrait pas.

– Là où tu vas on ne t’aime guère:
demain, dans une boîte à ordures,
l’éboueur trouvera
le cadavre d’un nouveau-né.

Futurs garçons…