PÉRIODE ROSE, PÉRIODE BLUES (ÈPOCA ROSA, ÈPOCA BLUES)

Un enfant

ignore qu’il est heureux jusqu’à l’âge adulte

ou, plutôt,

c’est l’adulte qui revit son passé

sous le signe du bonheur

et le mythifie, alors qu’un enfant

vit au présent en riant, en pleurant, ça dépend…

et qu’il est malheureux dans le cours d’un instant infini

et le roi du monde un moment après.

Le temps

peut changer en pierres précieuses le fumier.

Le coeur souhaite croire à l’improbable Âge d’Or.

Le présent,

qui clot des portes et abrège ton chemin,

nous peint

en rose toujours le passé.

La période rose naît lorsque la période blues la coud

avec du fil et une aiguille

sur la mémoire.

Les deux amants,

tendres et jeunes –des débutants, quoi-

rêvent

du lendemain, d’un avenir net et clair

lorsque le monde leur sourira

comme jamais il ne l’a fait. Mais les années

amèneront l’usure, la routine et les désabusements

et en eux poussera

la nostagie d’un monde bien meilleur,

le monde du premier baiser.

Le temps…

Un chanteur

que personne n’écoute survit en songeant

qu’un jour viendra où son grand talent jaillira aux

yeux du monde comme un volcan…

Mais avec le succès survient aussi la peur

de tomber dans l’oubli et, au milieu d’une ovation,

il regrettera la débine et le froid de la rue,

lorsque tout était encore à faire

Le temps…